Au coeur de la Fleuriste

Publié le par Fleuriste Mélomane

 Cela faisait 2 ans.

La première fois, c'était au mois de mars.

La Fleuriste était tombée sous le charme, un vrai coup de foudre! Une sensation intense l'avait envahit lui offrant chaleureusement un plaisir immédiat, simple, délicieux.

La Fleuriste n'avait pas la main verte en ce temps-là, alors enivrée par cette douce chaleur, elle avait écouté avec joie la chanson; elle avait admiré, sans cesse. Très vite, elle s'était senti happée : d'un pas guilleret, elle était entrée dans le tempo.

Pour la première fois, elle était à Seville.

Radieuse.


« Faut absolument que j'y retourne! », se répétait, soucieuse, la Fleuriste. Pour la première fois, elle avait été éblouie, comme réanimée.

La vague était creuse en ce temps-là, alors elle avait vite calfeutré, comme souvent, la petite lumière.


« Quand même... » se disait, soucieuse, la Fleuriste. « Faut que j'y retourne. »


Alors elle y est retournée.

A Seville.

Au mois d'octobre.


Et elle s'y est retrouvée.


Elle a flirté avec le duende, la Fleuriste!

Radieuse, elle se promène enivrée par la ville, par la chanson , par la douce chaleur, par ce soleil, par ce soleil...

Le cœur de la Fleuriste est à Seville.


« Quand est-ce que j'y retourne? » s'interroge aujourd'hui, songeuse, la Fleuriste.

Radieuse.


Publié dans La Fleuriste écrit

Commenter cet article

Zio 01/11/2008 21:45

Pour moi : n'importe où seul en haut d'une montagne.
J'ai fait une fois une longue traversée en voile (Corse/Continent)pendant laquelle j'ai ressenti la même chose.
Une sensation d'être entier et à sa place

Fleuriste Mélomane 01/11/2008 21:55



C'est vrai, maintenant qu'elle y pense, tu as bien raison cher Zio!
Quand la Fleuriste est sur un voilier, assise tout devant : juste au dessus de l'eau, elle regarde danser la mer, respire le vent, sent la douce chaleur et se ressource.
C'est vrai que c'est divinement bon.  
Mais à Seville, l'ami, elle a trouvé le bon tempo, le rythme juste, une pulsation humaine aussi.
 



miam 28/10/2008 21:53

C'est quand ... dans l'atrium résonne la rage.
Que même le baume ne suffit plus.
Qu'il faut de nouveau se dé-systoliser ...

Fleuriste Mélomane 30/10/2008 21:38


Et dire que j'ai un double souffle au coeur... 
Allons vite dé-systoliser ensemble à Seville, mi'Am.


zeugma 28/10/2008 19:46

"radieuse"; histoire de rayon, liaison entre un centre et une cironférence? histoire de laser, d'un point émettant à l'infini? histoire de légume aux accortes couleurs mais qui sans beurre pique? LOL